La Chapelle Sainte-Anne de Beaumont

Memramcook (Nouveau-Brunswick)
facebook

Culture Mi’kmaq

En visitant le site historique, vous pourrez voir des objets et des images soulignants l’importance de la culture micmaque dans l’histoire et l’origine de la petite chapelle. Nous avons choisi de vous parler d’un de ces précieux symboles, soit le capteur de rêves.

Nous savons que les capteurs de rêves étaient fabriqués et utilisés par plusieurs tribus amérindiennes en Amérique du nord, dont celle des Micmacs.

Ces objets, représentants des toiles d’araignées, étaient accrochés aux portes des enfants et agissaient comme filtres pour empêcher les cauchemars de venir troubler le sommeil de ceux-ci. Comme pour la plupart des objets traditionnels, les capteurs de rêves ont subi des modifications importantes au fil des siècles. Les changements touchent autant les matériaux utilisés que leur forme et dimension.

Dreamcatcher

On retrouve différentes versions de la tradition entourant les capteurs de rêves. Cependant, chacune des versions évoque la manifestation de certains pouvoirs magiques.

Chez les Micmacs, la légende raconte qu’un jour une grand-mère entendit une petite voix qui pleurait dans un coin de son wigwam. Elle leva les yeux et demanda: «Qui est-ce qui pleure, et pourquoi pleures-tu?» La petite voix répondit: «Ici, c’est moi grand-mère!» Elle leva les yeux et aperçu une petite araignée. «Je pleure parce que tout le monde à peur de moi. En plus, ils disent tous que je ne sert à rien.»

Drapeau de la nation Mi’kmaq

La grand-mère fut bien peinée d’entendre ce que l’araignée avait à dire. Elle lui répondit: «Eh bien, je crois que je peux faire quelque chose pour toi.»

La petite araignée ne se doutait pas que la grand-mère était reconnue comme une sage femme respectée par les habitants du village. «Dorénavant, quand tu tisseras ta toile au-dessus de l’endroit où on dort, les mauvais rêves resteront pris à l’intérieur pendant la nuit et seront détruits au levé du soleil. Ainsi, on ne fera que de bons rêves.» Et ainsi fut-il…

Bookmark and Share